Il est temps de taxer les inégalités extrêmes de richesse