Milliardaires, courez pour vos vaisseaux spatiaux : les fourches à foin arrivent !

Prise de la Bastille - Allemand
[image: La Prise de la Bastille, Jean-Baptiste Lallemand, Les musées de la Ville de Paris
Mis à jour le 23 juillet 2021
 
 

Milliardaires, courez pour vos vaisseaux spatiaux : les fourches à foin arrivent !

COLÈRE CONTRE LES MILLIARDAIRES QUI NE PAYENT PAS LEUR JUSTE PART D’IMPÔT
 
Par Darren Shore et Toby Sanger
 
12 juin 2021

 
Des rapports récents de ProPublica, selon lesquels les milliardaires et les ultra-millionnaires paient encore moins d'impôt que nous ne le pensions, ont alimenté la colère croissante du public contre un système truqué pour les riches.
 
Pour leur part, ces ploutocrates sont aussi enragés - parce que l'information a été divulguée. Ce qui pourrait mettre leurs amis du gouvernement sous tellement de pression qu'ils devraient leur imposer leur juste part d’impôt.
 
Mais attendez simplement que les profiteurs de l’évitement fiscal comprennent le soulèvement à venir. À mesure que la colère du public grandit avec la prise de conscience de cette injustice criante, les percepteurs d’impôt pourraient devenir la moindre des craintes des taxophobes en chef.
 
Suite à ces révélations, nombre de ces personnes qui n'ont guère plus que du mépris pour le bien public dont dépend leur richesse obscène, affichent leur richesse en se surpassant les uns les autres avec des voyages dans l'espace.
 
Richard Branson de Virgin, pas un contribuable modèle, est très satisfait de son voyage.
 
Jeff Bezos d’Amazon n'a pas payé un sous de sa fortune inconcevable en impôts en 2007 ou en 2011. De 2014 à 2018, alors que sa fortune a augmenté de 99 milliards de dollars, il a payé moins de 1% de cette somme en impôts. Il pourrait avoir besoin de son nouveau vaisseau spatial comme plan d'évasion des masses furieux, si non pas son yacht équipé avec un autre yacht.
 
Le PDG de Tesla, Elon Musk, s'est enrichi de 13,9 milliards de dollars de 2014 à 2018, alors qu'il n'a payé que 3,3 % de cette somme en impôts. Si la Bastille est prise d'assaut, quelle part de ses 130 milliards de dollars rentrera dans le vaisseau spatial qu’il planifie pour des voyages sur Mars ? Voyons, il faudrait pour quelqu'un qui gagne 50 000 $, après l'impôt sur le revenu que nous les petits salariés payons, environ 2 600 000 ans pour économiser autant d'argent. Monsieur Musk doit parier que les Martiens sont aussi corrompus et complaisants en matière d'évasion fiscale intergalactique que nos gouvernements ici sur terre.
 
Jusqu'aux révélations de ProPublica, certains milliardaires semblaient plus magnanimes, à l'image de l'Oracle d'Omaha, Warren Buffet, qui déclarait : « Augmentez mes impôts ». Il n'a pas de plans pour un voyage spatial - du moins pas encore. Mais de 2014 à 2018, par exemple, lorsque sa richesse a augmenté de 24 milliards de dollars, il a déclaré moins de 0,5% de ce revenu et payé moins de 0,1% de cela comme impôt. Peut-être que "l’Évadeur d’Omaha" serait plus approprié comme titre. On se demande combien de fourches à foin les agriculteurs du Nebraska traînent chez eux, avec des briques et des fanaux.
 
Dans l'ensemble, ProPublica a calculé que les 25 Américains les plus riches ont payé un taux d'imposition moyen de seulement 15,8% au cours des cinq années 2014-2018. Pendant ce temps, un travailleur américain ordinaire a payé près de 20% d’impôt sur son salaire annuel. Mais ce n'est que le revenu - qui ne constitue qu’une infime fraction de leur richesse. La question à se poser est : Quel est l'impôt qu'ils ont payé sur l’augmentation massive de cette richesse au cours de cette période ? Seulement 3,4%. (Non, nous n'avons pas oublié un chiffre.)
 
Comment peut-il être légal, à une époque de soins de santé totalement déficient, de système d’éducation sous-financé, de crise climatique, de catastrophe environnementale, de dettes publiques massives, de milliards de personnes sur cette terre subsistant à peine et de millions d'autres qui meurent chaque année de faim, que des personnes aux fortunes insondables contribuent une part nettement inférieure de ces fortunes vers un avenir meilleur pour nous tous, même si cela n'aurait aucun impact sur leur style de vie somptueux ?
 
Vous pourriez demander au gouvernement de faire quelque chose de substantiel. Mais il semble que nos dirigeants du G7 et du G20 préfèrent plutôt s'auto-féliciter, subventionnés par les contribuables, pour des ajustements fiscaux largement inefficaces.
 
Le monde est effectivement devenu fou. Peut-être que ces milliardaires ne sont pas si fous finalement de vouloir s'échapper dans l'espace.

 
Ô CANADA, TERRE DE NOS ÉVASIONS
 
Pour les plus riches, le système canadien d'impôt sur le revenu des particuliers est encore moins progressif que le système américain. Nous avons des échappatoires similaires, permettant aux plus riches de réduire leurs impôts à un niveau insignifiant, voire nul. Par exemple, ici, le gouvernement refuse de récupérer jusqu'à 17 milliards de dollars par an, parce que les revenus du capital sont imposés à la moitié du taux des revenus de l'emploi, principalement un gain pour les uber-riches. La liste des cadeaux à ceux qui n'en ont pas besoin continue.
 
Et bien que nous n'ayons pas encore eu de fuite d’information de style IRS-ProPublica, de temps en temps, nous en avons un aperçu.
 
Vous vous souvenez quand le milliardaire local Guy Laliberté a vécu son propre fantasme de voyage vers la Station spatiale internationale? Il a essayé de le faire passer en tant que dépense d'entreprise, mais cette fois-là, nos collecteurs d'impôts ne jouaient pas aux clowns. (C'était un an après que Guy ait pris la liberté de jouer avec des « avantages non imposables » à Tahiti. Il s'avère que jouer à l'évasion fiscale est plus amusant que de jouer à Cheech & Chong.)
 
Nous savons également, d'après les statistiques de l'impôt sur le revenu de l'ARC, qu'il y a régulièrement plus d'un millier de Canadiens ayant un revenu de plus de 250 000 $ qui ne paient pas un sou d'impôt, chaque année. Sans aucun doute, cela inclut nos propres milliardaires. Et pourquoi paieraient-ils (à part une conscience) ? Nos gouvernements sont tout aussi doués pour leur permettre d'utiliser toutes les astuces du code des impôts, et pour légaliser un code qui regorge d'astuces en premier lieu.
 
Historiquement, la situation n'était pas si rétrograde. Comme le souligne le rapport ProPublica, lorsque les impôts sur le revenu ont été introduits pour la première fois aux États-Unis, ils n'étaient perçus que sur les riches.
 
De plus, dans le bon vieux temps, le gouvernement publiait combien les gens gagnaient et le montant d'impôt qu'ils payaient. Si c'était toujours le cas, le département américain de la « Justice » pourrait se concentrer sur la justice pour les éviteurs d’impôt, au lieu d'essayer de paraître indigné que quelqu'un à l'IRS ait une conscience assez grande pour exposer quelque chose de vraiment scandaleux.
 
Certains pays font mieux. Un certain nombre de pays scandinaves rendent ces informations fiscales publiques. Et l'Australie publie les revenus et les impôts payés par toutes les grandes entreprises.
 
Pendant ce temps au Canada, les contribuables ont financé des subventions salariales pendant la pandémie qui ont été utilisées par des entreprises rentables pour remplir les poches de PDG millionnaires, d'actionnaires et d'entreprises qui échappent à l'impôt.

 
EVASION FISCALE MILLIARDAIRE 101
 
Comment s'en sortent-ils ? C'est en fait assez simple.
 
Au lieu de se payer les énormes salaires qui exigeraient leur style de vie somptueux, puisque les salaires sont imposables, les milliardaires gardent presque toute leur fortune époustouflante dans des intérêts commerciaux et des investissements - dont certains peuvent être détenus dans des fiducies. Leurs revenus provenant de ces investissements sont généralement imposés à des taux beaucoup plus bas que les revenus d'emploi, s'ils sont imposés du tout. Les revenus et la richesse de leurs sociétés peuvent être rendus essentiellement non imposables en utilisant des paradis fiscaux. Ensuite, les milliardaires empruntent de l'argent à la banque à des taux d'intérêt très bas, en utilisant leur énorme richesse comme garantie. Et après tout cela, les intérêts qu'ils paient à la banque sur ces prêts sont en fait déductibles d'impôt. Voila ! Un revenu imposable minime ou zéro, et utilisez vos « dettes » comme « dépenses » pour annuler ce qui reste.
 
Avec des règles truquées comme ça, il est facile de monter à bord votre propre vaisseau spatial et de regarder d'un air suffisant les pions qui font le travail, et qui paient les impôts qui financent l'éducation, les infrastructures, les soins de santé et les systèmes juridiques dont dépend votre immense fortune.
 
Certains milliardaires n'ont jamais hésité à l'appeler ainsi. Comme l'a dit l'Éviteur d'Omaha : « Il y a la guerre des classes, d'accord, mais c'est ma classe, la classe riche, qui fait la guerre, et nous gagnons. »
 
Cependant, la plupart des super-riches emploient une panoplie de lobbyistes pour convaincre les élus, et une panoplie de communicateurs publics dans les médias et les organisations théoriquement indépendantes qu'ils contrôlent ou influencent, de chanter les louanges de laisser leurs fortunes intactes.
 
Par exemple, vous entendrez leurs experts en relations publiques, se faisant souvent passer pour des organisations à but non lucratif impartiales, vous dire qu'un impôt sur la fortune ne fonctionnera pas - même si vous savez que vous payez déjà un impôt sur votre fortune chaque année, basé sur la valeur marchande estimée de votre plus gros actif : c'est ce qu'on appelle les impôts fonciers. Et si vous louez votre maison, vous ne payez qu'indirectement cet impôt sur la fortune. Mais les riches ne paient pas d'impôt sur la fortune sur la majeure partie de leurs vastes actifs, leurs beaux-arts et objets de collection, leurs yachts, avions et vaisseaux spatiaux. La vérité est qu'un impôt sur la fortune ne fonctionnerait tout simplement pas pour eux. Ils préfèrent que ce soit vous, les contribuables, qui devez continuer à travailler pour eux.
 
Vous entendrez ces mêmes subalternes transmettre le message que les impôts des sociétés sont trop élevés - encore une fois, en omettant d'ajouter « trop élevé pour eux ». Mais nous savons que leurs sociétés et entreprises peuvent payer peu ou pas d'impôt. Et nous savons que le système des entreprises les sert bien, car les entreprises sont souvent utilisées pour posséder nominalement de nombreux actifs personnels, y compris les maisons, des super-riches, souvent par le biais de sociétés privées et à numéro, et par le biais de fiducies, afin de réduire ou d'éliminer davantage leurs impôts.
 
Juste après la publication de l'article ProPublica-IRS, des publicités Amazon ont commencé sur les contributions de l'entreprise à l'économie canadienne. En d'autres termes, nous devrions être satisfaits du gâteau qu'ils nous laissent manger.

 
NOUVELLE ÈRE
 
Il y a dix ans cet automne, dans le sillage de la crise financière et de la grande récession, les premières véritables failles dans l'armure d'évitement fiscal des super-riches ont commencé à apparaître.
 
Des militants ont occupé Zuccotti Park près de Wall Street à New York, où les barons voleurs ne pouvaient pas se cacher. Ils ont réclamé l'égalité. Ils ont réclamé justice. Ils ont appelé le gouvernement, puisqu'ils payaient leurs salaires, à changer de cap sur les inégalités de richesse et à travailler pour les 99%.
 
Une décennie plus tard, les inégalités n'ont fait qu'empirer. Le seul groupe qui a augmenté sa part de la richesse nationale au Canada de 2010 à 2019 était le 1%. Maintenant, ces gens possèdent plus d'un quart de notre richesse totale. La part de la richesse de tous les autres groupes au Canada a diminué au cours de la dernière décennie. Et au cours de cette dernière année de pandémie, les milliardaires sont devenus beaucoup plus riches.
 
Mais de plus en plus d'entre eux commencent à voir que le changement doit se produire, et bientôt. Des groupes tels que Patriotic Millionaires aux États-Unis, Millionaires for Humanity, et ici chez nous Ressources en Mouvement, et d'autres groupes d'individus riches qui savent que le spectacle ne peut pas continuer sans conséquences majeures pour notre planète et nos sociétés, appellent le gouvernement à enfin faire ce qui est juste, et taxer la richesse.
 
Quant au reste d'entre nous, combien de temps faudra-t-il avant que les 99% renoncent à manifester et prennent la fourche à foin jusqu’à la Bastille ? La réaction à l'exposé ProPublica/IRS est impressionnante. Le niveau de colère est palpable. Les masses pauvres et regroupées attendront-elles vraiment que leurs petits-enfants soient aussi en colère contre eux pour leur propre inaction, que nous le sommes maintenant contre nos gouvernements pour leur hypocrisie et leur complicité kleptocratique ?
 
Les gouvernements sont également sous pression afin de lutter plus ouvertement contre l'injustice fiscale. Ils ont toujours su qu'il y avait de l'argent pour les services publics - qu'il n'était tout simplement pas payé par les plus riches. Ils savent qu'ils n'ont pas à faire de coupes dans les soins de santé, l'éducation, les programmes sociaux, l'aide aux pauvres, les services aux anciens combattants, etc. Mais rarement la communauté de la justice fiscale a senti aussi clairement que les vents ont tourné et que la mascarade devra cesser.
 
Nos gouvernements ont un choix clair. Ils peuvent résoudre le problème dont ils ont toujours été au courant. Ou ils peuvent le laisser continuer, laisser les inégalités continuer de croître, laisser la plupart des gens se débrouiller avec des conditions de travail, des soins de santé, une éducation et des services publics inadéquats, tandis que les retombées de la pauvreté telles que le racisme et l'extrémisme s'infiltrent plus profondément dans notre société, et alors que le monde comme nous le connaissons se termine par une catastrophe climatique qui était (qui est) évitable, devant nos propres yeux.

 
TAXER LA RICHESSE
 
Les remèdes à notre régime fiscal actuel sont aussi clairs que les problèmes.
 
UN : Introduire une taxe annuelle sur la richesse extrême. Comme l'a montré Canadiens pour une fiscalité équitable, un impôt sur la fortune légèrement progressif de 1% sur la fortune supérieure à 10 millions de dollars, de 2% sur la fortune supérieure à 100 millions de dollars et de  % sur la fortune supérieure à 1 milliard de dollars rapporterait près de 20 milliards de dollars annuellement au Canada. Cela ferait beaucoup pour payer les coûts de la crise et aiderait à réduire les inégalités extrêmes et à rendre notre système fiscal un peu plus juste.
 
DEUX : Éliminer et restreindre les échappatoires fiscales qui permettent aux riches et aux hauts revenus de réduire et d'éliminer considérablement leurs impôts. Par exemple, commencer à imposer les revenus du capital et des investissements au même taux que les revenus du travail, ce qui générerait environ 20 milliards de dollars par an. Et, par exemple, mettre fin à l'utilisation des paradis fiscaux internationaux et les moyens d'échapper à leurs revenus, à la fois par le biais de la législation et d'une application accrue. Pour ça, et les autres mesures, il faut aussi exiger une plus grande transparence sur qui possède quoi, y compris dans le monde de l'entreprise, combien de revenus ils gagnent et combien d'impôts ils paient ou ne paient pas.
 
TROIS : Imposer une taxe sur les profits extrèmes corporatifs pendant la pandémie. Le bureau du directeur parlementaire du budget estime qu'une taxe de 15% s'appliquant au profits en 2020 qui dépassent la moyenne des années précédentes pourrait générer 7,9 milliards de dollars.
 
Canadiens pour une fiscalité équitable fait partie de la Coalition Taxons la richesse, qui milite pour ces trois changements.

 
PAYEZ OU DÉGAGEZ
 
Le gouvernement continuera-t-il à parler des deux côtés de la bouche? Le gouvernement Trudeau a promis d'identifier d'autres moyens d'imposer les richesses extrêmes dans son discours du Trône l'année dernière, mais il n'y avait rien dans le budget 2021. La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a écrit un livre sur les ploutocrates, mais notre système fiscal continue d'être truqué pour les riches, et les négociations au G7 et au G20 ont abouti à un flop en fiscalité équitable.
 
Une vaste majorité de Canadiens appuient un impôt sur la richesse. Même les économistes conservateurs admettent que le temps est venu. L'inégalité des richesses est à un niveau record. Les empereurs n'ont nulle part où se cacher. Leurs serviteurs ont perdu tout leur crédit.
 
Et compte tenu du sentiment du public, il semble que, à moins que le gouvernement ne mette fin à son hypocrisie et à sa complicité dans le maintien de notre système fiscal extrêmement injuste, alors que la Terre fait face à une catastrophe, lorsque la Bastille sera enfin prise d'assaut, il n'y aura pas assez de sièges pour ces évadeurs milliardaires de s'échapper sur ces vaisseaux spatials que nos impôts ont construites, pour s'enfuir des fourches de foin.